Round large gilles henrion
Gilles

Gilles Henrion, proviseur du lycée St-Eloi à Bapaume et partenaire d'YFU

Tous les ans, Bapaume accueille des étudiants YFU

Situé en Picardie, le lycée St-Eloi de Bapaume accueille à la fin du mois d'août la réunion d'orientation des jeunes accueillis YFU pendant 3 jours et chaque année scolaire, plusieurs étudiants YFU sont scolarisés dans le lycée.
YFU France:

Comment avez-vous entendu parler d'YFU?

Gilles:

Ce sont des amis qui nous ont présenté YFU.

YFU France:

Avez-vous tout de suite été enthousiaste à l'accueil d'un jeune étudiant YFU dans votre établissement ou avez-vous d'abord hésité?

Gilles:

Nous avons eu l'occasion d'accueillir un jeune venant du Kazakhstan pour une année scolaire. Il avait alors 14 ans et nous l'avions inscrit en troisième dans un collège du centre-ville d'Arras. Il a même réussi son brevet des collèges avec 14 de moyenne alors qu'il ne parlait pas français en arrivant en France.
Avant d'exercer le métier de chef d'établissement j'avais en charge l'orientation des élèves dans une structure nationale : le CNEAP.
Déjà à l'époque, lorsque les familles nous appelaient pour l'orientation de leurs enfants je leur présentais le fait de partir à l'étranger.
Depuis que je suis chef d'établissement, j'assure chaque année environ 150 entretiens de recrutement de nouveaux élèves. Pour tous ceux qui entrent en classe de seconde, de première, je leur présente la nécessité de partir vivre une expérience à l'étranger qui leur sera nécessaire pour leur vie durant, il est important pour eux de maîtriser plusieurs langues.

YFU France:

Que diriez-vous aux professeurs ou aux proviseurs qui hésiteraient à accueillir un étudiant étranger dans leur lycée?

Gilles:

Le fait d'accueillir dans son établissement un jeune venant de l'étranger apporte toujours au sein de la classe et de l'établissement un intérêt tout particulier. Rencontrer l'autre, partager des existences différentes, mutualiser des expériences favorisent la tolérance, la solidarité utile pour le vivre ensemble.

YFU France:

Qu'apporte le fait d'accueillir un jeune étranger à une classe, à un lycée, selon vous?

Gilles:

Au départ de la curiosité, puis quand sa communication devient plus facile les amitiés naissent et la relation devient plus facile. Il est alors possible de pouvoir échanger et partager, créer cette curiosité et cette ouverture vers le monde et pourquoi pas favoriser pour ceux qui hésiteraient encore la possibilité pour eux de partir aussi

YFU France:

Est-ce que le fait d'avoir dans leur classe un jeune accueilli YFU a donné envie à des jeunes de votre établissement de partir vivre une année à l'étranger?

Gilles:

Oui sans aucun doute, bien qu'il soit toujours difficile pour des élèves français de penser qu'il leur sera possible de s'en sortir dans un pays étranger. La résistance des parents est parfois grande bien que l'envie du jeune s'exprime. Il faut donc aussi arriver à convaincre les familles de couper une fois de plus le cordon ombilical.

YFU France:

Avez-vous pu observer des changements notoires sur les jeunes qui étaient rentrés de leur expérience à l'étranger avec YFU?

Gilles:

Plusieurs cas me viennent à l'esprit. À chaque fois l'expérience à l'étranger a permis aux jeunes de prendre un peu de recul, un peu de distance, de faire le point sur eux et sur leurs attentes et a débouché sur la découverte d'eux-mêmes et sur leur volonté de poursuivre des études pas forcément sur le même chemin prévu initialement.

YFU France:

Avez-vous quelque chose à ajouter pour encourager les futurs proviseurs à l'accueil dans leur établissement ou au départ d'un de leurs lycéens avec YFU?

Gilles:

C'est une expérience fantastique tant pour l'accueilli que pour l'accueillant, le monde devient progressivement un village et les jeunes auront la nécessité pour se promener dans les quartiers de ce monde, de maîtriser les langues étrangères. Ils ne vont pas à l'école pour obtenir un bac ou un diplôme particulier mais bien parce que leur formation à l'ecole ou à l'université sera essentielle pour eux dans leur vie.